Test de GTA V : le jeu de la décennie

On l’attendait depuis octobre 2011, le voici. Le dernier Grand Theft Auto est sorti le 17 septembre. Nous vous proposons un tour d’horizon du jeu. On vous prévient tout de suite : on ne lui a pas trouvé beaucoup de défauts. Bien sur, si comme pour les précédents opus, on considère que jouer à braquer des gens n’est pas un défaut.

La trame

THE HOOD

Le scénario assez linéaire est dynamisé entre autres par les braquages qui nécessitent des choix stratégiques et une planification parfaite. Le jeu dispose d’une liberté d’action et d’une variété d’activités hallucinantes. Dans GTA V on peut par exemple piloter les avions de ligne que l’on voit dans les précédentes versions.

Quand on en a marre, on n’a pas besoin d’atterrir, il suffit de sauter en parachute. De quoi séduire tout ceux qui apprécient enchaîner les différents jeux, ou ceux qui -comme moi-, préfèrent explorer l’environnement d’un jeu plus que le jeu lui-même.

MARINES

De toute façon, comme dans les précédentes éditions, le gameplay est ce qui nous intéresse et de ce côté, la réalisation est à la hauteur des attentes et même du budget de réalisation du jeu ! Il y a 70 missions principales, lesquelles nécessitent parfois la réalisation de plusieurs missions annexes. Autant dire que même sans perdre de temps le scénario principal offre de bonnes dizaines d’heures de jeu palpitantes.

Notre avis

SUBMARINE

Les plus

L’information principale : un affichage à perte de vue. Une open map gigantesque. Vous pouvez vous déplacer dans le jeu -presque- comme dans le monde réel. Vous n’êtes pas bloqué dans un parcours linéaire ou qui suit la mission.

Le plus pour les joueurs invétérés : les caractéristiques de chaque personnage évoluent au tout au long de l’aventure. On gagne en endurance en courant, en capacité respiratoire quand on plonge, en adresse quand on pilote… Bref, tout est prévu pour que l’on ait envie de développer son perso préféré, et donc de ne plus lâcher sa console.

FRANKLIN & CHOP

Celui qui n’aime pas les longs moments de jeu pour enfin pouvoir gagner assez pour s’acheter ce qu’il veut va désormais être satisfait. Contrairement aux précédentes versions, GTA V permet de ramasser gros dès les premières heures du jeu.

Dans GTA V on peut tout faire : jouer en bourse, aller sur internet, y trouver une montagne d’applications délirantes. Faire du golf… Bref, ce jeu est une combinaison de nombreux jeux en un seul.

Les petits moins

TREVOR

Si dans ce nouvel opus, le jeu gagne en fluidité et en finesse, il pousse parfois la console dans ses retranchements. Les gunfights deviennent à la fois plus faciles et plus intenses, si les IA sont plus nombreuses et tirent même blessées et à terre, elles sont moins habiles.

Comme vous venez de le voir, nous avons trouvé beaucoup plus de qualités à GTA V, que de défauts. Que vous ayez peur de vous ennuyer lors des averses automnales ou que vous soyez un fan exigeant, n’hésitez plus, ce jeu est pour vous.

Si vous ne l’avez pas encore acheté… il ne vous reste plus qu’à cliquer ici !